Actualités

vendredi
9 septembre 2016
Lettre ouverte

Le transport, une grande priorité de la CCEM

Depuis plusieurs années, la Chambre de commerce de l’Est de Montréal fait pression sur les différents paliers gouvernementaux afin d’améliorer les infrastructures routières du territoire. L’enjeu va beaucoup plus loin que la simplification des déplacements des entrepreneurs en transport ou l’amélioration de la qualité de nos routes. Cette question a un impact important sur l’économie, l’environnement et la communauté.

Prenons pour exemple l’optimisation des voies d’accès de l’autoroute 25 vers le Port de Montréal. Quotidiennement, les activités portuaires engendrent près de 5 000 déplacements de camions dans le secteur. Bien qu’un des plus importants accès au Port se trouve vis-à-vis le Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, la sortie d’autoroute la plus proche pour accéder aux installations portuaires à partir du nord se trouve à la hauteur de la rue Sherbrooke. Cet accès oblige le trafic du Port à utiliser le réseau local pendant près de 4 kilomètres, à croiser 4 feux de circulation, 2 viaducs et effectuer 2 virages.

Le trajet pour les camionneurs désirant quitter les installations portuaires vers le nord n’est pas plus simple. Puisqu’il est interdit aux camionneurs d’emprunter la voie de desserte de l’autoroute 25 qui est à quelques mètres de la sortie du Port, les camionneurs doivent aller rejoindre l’avenue Souligny par la rue Dickson en empruntant la rue Notre-Dame. Ce détour de près de 8 km, comprend 16 feux de circulation et traverse en partie un secteur résidentiel.

Lorsque l’on pense que chaque arrêt et chaque départ de camions à un feu de circulation entraîne une perte et une dépense d’énergie, on comprend facilement pourquoi l’optimisation des trajets dans ce secteur peut avoir un impact important.  Les effets se font ressentir sur le coût de la main-d’œuvre, sur les dépenses en carburant, sur l’émission de GES, sur l’usure des infrastructures et sur la qualité de vie des résidents de ces secteurs. C’est pourquoi la CCEM considère que ce type d’interventions est prioritaire, particulièrement en cette période d’investissement dans les infrastructures publiques. Évidemment, l’enjeu ne se résume pas simplement à l’autoroute 25. On peut également inclure les projets de prolongement de l’avenue Souligny, du boulevard L’Assomption, du métro vers l’Est et la réfection complète de la rue Notre-Dame qui auront également des impacts positifs sur l’économie, l’environnement et la communauté.