Actualités

mercredi
8 janvier 2014
Lettre ouverte

Publication du manifeste « Pour tirer profit collectivement de notre pétrole »

Un collectif de onze personnes publie aujourd’hui un manifeste pour inviter les Québécois à saisir l’opportunité que représentent les potentielles réserves de pétrole du Québec. Le manifeste Pour tirer profit collectivement de notre pétrole est signé, entre autres, par Bernard Landry, Monique Jérôme-Forget, Éric Forest, Joseph Facal et Françoise Bertrand. Le groupe recommande au gouvernement du Québec d’autoriser l’exploration des ressources pétrolières du Québec afin de confirmer le potentiel d’exploitation.

Que ce soit pour faire face au défi de la dette ou encore à celui du vieillissement de la population, miser sur les richesses naturelles du Québec constitue une excellente stratégie pour y parvenir. Le pétrole pourrait permettre aux Québécois de s’enrichir collectivement. Ne pas saisir cette occasion représenterait une erreur.

RETOMBÉES MAJEURES POUR LE QUÉBEC

L’amélioration de la balance commerciale de la province, dont le déficit est principalement dû à nos importations d’hydrocarbures, est une retombée économique majeure associée à l’exploitation du pétrole.

Bien qu’il soit trop tôt pour estimer le nombre d’emplois créés par une exploitation du pétrole québécois, nous savons fort bien que d’autres endroits dans le monde se sont fortement enrichis grâce à des projets similaires. Prenons l’exemple de la Norvège, qui a su exploiter son pétrole tout en protégeant son environnement et en poursuivant ses activités maritimes. Aujourd’hui, la Norvège dispose d’un Fonds des générations de 645 milliards de dollars.

NE PAS RÊVER EN COULEURS

Les experts s’entendent pour dire que nous consommerons du pétrole pour encore plusieurs décennies, ce qui doit nous amener à faire des choix cohérents avec cette réalité. D’ailleurs, depuis dix ans au Québec, la quantité de pétrole consommé a augmenté, tout comme le nombre de véhicules sur les routes et le kilométrage parcouru. C’est pourquoi les signataires, dans le manifeste, demandent à ceux qui affirment que le pétrole est une énergie du passé de ne pas rêver en couleurs. Se priver d’une telle opportunité de création de richesse serait désolant, d’autant plus que le Québec envoie bon an mal an entre 11 et 14 milliards de dollars à l’étranger pour ses importations de pétrole.

LE FAIRE EN RESPECTANT NOTRE ENVIRONNEMENT

Le groupe de signataires insiste sur l’importance de réaliser l’exploration et l’exploitation du pétrole québécois de façon responsable, c’est-à-dire selon de hauts standards de protection de l’environnement. Mais encore une fois, ils insistent sur l’importance de demeurer réalistes, des activités de développement qui ne présentent aucun risque pour l’environnement n’existant tout simplement pas. Il faut donc viser à minimiser l’impact sur l’environnement en mettant en place un cadre d’exploitation rigoureux.

Il est sain pour une société d’engager une discussion sur un enjeu aussi fondamental que celui du démarrage de l’exploitation de la ressource pétrolière. Éviter que le débat se fasse ne profiterait à personne et représenterait une sorte de fuite en avant. Le débat doit avoir lieu. Mais il doit se faire correctement et surtout, les Québécois auront tout avantage à ce qu’il repose sur des faits.

Signataires du manifeste :

André Bisson

Bernard Landry, ancien Premier ministre du Québec et professeur à l’UQAM

Éric Forest, maire de Rimouski

Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

Johanne Desrochers, présidente-directrice générale de l’Association des ingénieurs-conseils du Québec

Joseph Facal, professeur agrégé au HEC Montréal et ancien président du Conseil du trésor du Québec

Michel G. Hudon, avocat-conseil

Monique Jérôme-Forget, conseillère spéciale chez Osler et ancienne ministre des Finances du Québec

Serban Teodoresco, président de Preventa

Simon Prévost, président de Manufacturiers et exportateurs du Québec

Yves-Thomas Dorval, président de Conseil du patronat du Québec
Vous trouverez le manifeste intégral ici.