Actualités

jeudi
13 novembre 2014
Lettre ouverte

L'aide aux entreprises est la priorité

Pour la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) il n’y a aucun doute que les CRÉ et les CLD jouent un rôle très important dans le développement économique des entreprises. Elle croit cependant qu’une restructuration est nécessaire afin de recentrer leur mission première.

Y a-t-il trop d’organismes financés par les divers paliers de gouvernement pour soutenir le développement économique, l’entrepreneuriat, l’aide et l’accompagnement des entreprises et le transfert technologique? Faut-il regrouper une partie de ces organisations afin de centraliser certains services? Est-ce que les redditions de compte sont conformes et efficaces? La CCEM croit effectivement qu’il faut centraliser et éviter les duplications des services, non seulement des CLD, mais de l’ensemble des organismes économiques du territoire. Bien que leurs causes soient nobles, il faut éliminer les dédoublements et clarifier les rôles de chacun. Il faut repenser la structure : revoir les mandats initiaux et les confier stratégiquement à un nombre réduit d’organismes, dont les mandats sont clairs et facilement accessibles localement.

Le gouvernement du Québec, les CRÉ, les CLD et les chambres de commerce ont un même objectif commun : la promotion du développement économique et de l’entrepreneuriat. Par conséquent, il faut veiller à ce que l’argent destiné au développement se rende directement aux entreprises pour soutenir leurs projets de croissance.

Nous ne mettons pas en opposition les CLD, les CRÉ et les chambres de commerce. Chacun a son rôle à jouer, et ce, sans duplication. Il faut laisser place à une certaine flexibilité pour tenir compte de chaque région.

La CCEM soutient que les entreprises de tous genres, qui sont créatrices d’emplois et de richesses, jouent un rôle très important dans le développement économique de leur territoire. Si un transfert de responsabilités doit se faire, soyons respectueux de ceux qui ont mis tous leurs efforts à soutenir et à piloter ces projets et assurons-nous, qu’en aucun temps, nos entreprises ne soient ralenties ou compromises.

Ultimement, il est primordial que l’expertise des CLD/CRÉ demeure aux services des entrepreneurs de leur région. Les entreprises doivent continuer d’obtenir les services d’aide au démarrage et d’accompagnement auxquels ils ont droit.