Actualités de l'innovation

NOVEMBRE 2019


Pourquoi protéger vos données ?

Se tenait lors du Colloque PME organisé par le service d’aide à l’exportation du 22 octobre 2019, un atelier innovation sur le thème de la protection des données.

Afin de vous aiguiller sur le sujet, voici quelques recommandations préventives pour protéger votre organisation, tirées de l’atelier.

Et si nous commencions par le début : c’est quoi les données ? Il peut s’agir de toute information à propos d’une personne physique ou morale qui peut permettre son identification. Au sein de votre organisation, ces données sont variées et concernent le personnel, la clientèle, les fournisseurs mais également les membres du CA, de la direction et les actionnaires.

Identifier les données critiques.

Ces dernières vont concerner vos banques, vos clients, compagnies de transports, vos fournisseurs par exemple. Cela vous permet de mesurer leur valeur, mais également de prévoir comment veiller à leur conservation (sauvegarde).

Une fois l’identification terminée, mettez en place une procédure interne et désignez un responsable interne, votre personne ressource en cas de besoin.

Bien s’entourer.

Dit comme ça, cela peut paraître évident ! Mais dans les faits, en cas de cyberattaque, la question se posera de savoir vers qui vous tourner. Votre entourage professionnel vous aidera à vous préparer et à minimiser les dégâts ainsi que le coût des pertes occasionnées par le piratage informatique. D’ailleurs, 43 % des cyberattaques au Canada ciblent les PME car elles sont plus vulnérables et plus nombreuses.

Quant à savoir comment cela arrive ?

Nous le savons tous, l’erreur est humaine et la faille réside le plus souvent au sein de votre structure. En effet, 30 % des utilisateurs ouvrent des courriels dangereux sans le savoir, 63 % ont des mots de passe trop faibles et 58 % partagent accidentellement des informations facilitant le piratage. Le délégué « protection des données » s’avère utile afin de sensibiliser vos équipes aux bonnes pratiques.

Toutes les organisations ne peuvent se permettre d’avoir une équipe interne dédiée aux TI pour veiller à la protection des données. Ainsi, dans la mesure du possible, ayez à l’externe des personnes capables de vous conseiller sur les démarches à suivre. D’ailleurs, sachez que la Sureté du Québec mène des enquêtes sur le
piratage informatique et assiste les corps de police municipaux qui prennent les plaintes dans ce domaine.

Les données présentées dans cet article sont issues des présentations des conférenciers. Nous tenons à les remercier pour leur présence.

SEPTEMBRE 2019

Quelle est la différence entre un incubateur et un accélérateur ?

Acteurs essentiels de l’innovation dans l’évolution d’un projet entrepreneurial, l’incubateur vise à aider la jeune pousse, mot préconisé par l’Office québécois de la langue française pour startup,  à se construire et l’accélérateur, à renforcer une entreprise plus mature sur des projets plus spécialisées.

Un incubateur propose ses services à de jeunes entreprises naissantes qui possèdent un projet prometteur. Comme couveuse, il accompagne les jeunes pousses ou startup sur le moyen ou long terme.

Le premier incubateur d’entreprises au monde fut créé en 1959 à Batavia dans l’état de New York par l’homme d’affaires Joseph Mancuso (sans lunettes sur la photo).

Crédit photo: Courtoisie de Mancuso Development Business Group

Les accélérateurs s’adressent plutôt à des entreprises matures au projet plus abouti, ayant besoin de programme spécialisés pour le développement, la recherche de financement ou la commercialisation.

 

JUIN 2019

Le ministre Fitzgibbon consulte le Service d’aide à l’innovation (SAI)

M. Pierre Fitzgibbon, Ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, lors de sa tournée des principaux acteurs de l’innovation, a rencontré Stéphane Carpentier, directeur du Service d’aide à l’innovation (SAI) de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal ainsi que Philippe Nadeau, directeur général du DigiHub Shawinigan.

À l’occasion d’un dîner-conférence organisé à la Chambre de commerce de l’Est de Montréal le 24 mai dernier, le ministre Fitzgibbon nous avait fait part à la fois de son ambition en matière d’innovation : « nous aurons besoin d’un plan solide et nous aurons besoin d’un leadership local. Chaque zone d’innovation dans chaque région sera différente, les modèle d’exécution seront différents, les secteurs seront différents. Parfois les zones seront mixtes – intersectorielles – parfois elles seront thématiques.  (…) Mais une chose est sûre : pour en assurer le succès, les entreprises, les établissements d’enseignement et les villes devront collaborer

C’est dans la perspective de partager avec le ministre notre vision et notre modèle de soutien à l’innovation que nous l’avons rencontré. Nous sommes en action auprès des entreprises pour les accompagner dans leurs démarches.


 

L’agilité pour l’innovation : le SAI invité à un Design Sprint

Le service d’aide à l’innovation (SAI) a eu le plaisir d’assister à une formation Design Sprint sur le thème « sport connecté » organisée début juin par la Fabrique_A et d’échanger avec des startups innovantes du milieu. La transformation agile de votre entreprise passe à la fois par le développement du personnel et par la création d’équipes agiles.

N’hésitez pas à nous faire part d’idées permettant d’améliorer l’agilité des entreprises. Le SAI désire souligner les initiatives, technologies et produits novateurs qui permettent d’aider la communauté industrielle à repousser ses limites.

 

MAI 2019

Subventions Alliance: changements au financement des projets R&D

Le Service d’aide à l’innovation accompagne les entreprises sur des projets d’innovation, quelle que soit le secteur d’activité. Nous pouvons vous aider à structurer des collaborations de recherche appuyées par des aides financières comme le programme de subventions de partenariat de recherche appelé « Subventions Alliance ». Découvrez les changements apportés au programme entrant en vigueur au 21 mai.

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), organisme du gouvernement du Canada qui offre des subventions à l’appui de la recherche et de la formation, a reçu la directive de regrouper les subventions de partenariat de recherche en un seul programme «les Subventions Alliance» afin de moderniser, de simplifier et d’améliorer les subventions.

Les subventions Alliance sont conçues pour mieux répondre aux besoins du milieu de la recherche et offrir une plus grande souplesse dans le choix des partenaires. Elles proposent des incitatifs qui favorisent les collaborations avec de petites ou moyennes entreprises et des partenaires de différents secteurs.

Pour en savoir plus sur les subventions Alliance et la présentation des demandes, visitez la nouvelle page Web des subventions.