Ça se passe dans l'Est
#achetonslocal : les initiatives gourmandes d’Huile & Vinaigre et Tomate Basilic
Entrepreneuriat - 22 mai 2020

Restaurants et magasins de quartier subissent de plein fouet la crise de la COVID-19. À l’aube d’une réouverture progressive, Ça se passe dans l’Est donne aujourd’hui la parole à deux commerces de Pointe-aux-Trembles qui ont retroussé leurs manches pour poursuivre, voire développer, leurs activités.

Huile & Vinaigre ajoute la livraison et la commande en ligne à l’expérience en magasin

Dans le quartier du Vieux-Pointe-aux-Trembles, il est encore possible d’aller chercher des produits gastronomiques en passant la porte d’Huile & Vinaigre. Mais pour pallier les visites des clients qui hésitent à sortir, ce commerce de proximité s’est rapidement tourné vers la livraison à domicile. « C’est venu de mes propres clients […] Je l’ai déployée tout de suite et j’en ai fait la publicité sur ma page Facebook », explique Joanne Paiement, sa propriétaire, qui précise que 4 personnes se sont immédiatement proposées pour assurer ce nouveau mode de distribution.

Une opportunité se dessine pour cette femme d’affaires qui avait jusqu’à présent misé sur l’expérience en magasin. « Cette ouverture-là, ça me permet d’avoir un lien inouï d’humain à humain », se réjouit-elle. Un lien fort qu’elle entretient avec ses abonnés sur les médias sociaux, avec qui elle partage des « Parthé », ses heures du thé virtuelles.

Et plus qu’un moyen pour elle de continuer à vendre, son initiative contribue à faire marcher la machine économique. « Ce n’est pas que la livraison qu’on offre. C’est du travail à quelqu’un qui livre, à des transformateurs ou à des producteurs qui ont de la difficulté », insiste-t-elle.

Cette dynamique collective, Mme Paiement souhaite la déployer plus largement dans le cadre de sa fonction de présidente de l’Association des commerçants et professionnels du Vieux-Pointe-aux-Trembles. Huile & Vinaigre sera en effet l’une des premières boutiques présentes sur la nouvelle plateforme biendici.ca, dédiée à la vente en ligne et à la livraison de produits des commerçants de l’arrondissement, qui s’étend à Rivière-des-Prairies. « Il s’agit d’une plateforme avec des magasins virtuels que les marchands doivent eux-mêmes animer, annonce-t-elle. Et s’ils n’ont pas leur propre service de livraison, ils ont accès à une banque de livreurs ». Née de la collaboration entre le mouvement RDPAT — Je te soutiens et l’agence Phoenix Marketing, biendici.ca est un moyen supplémentaire de faciliter l’achat local pour les consommateurs de l’Est.

Tomate Basilic accélère son virage numérique et intègre les rayons des épiceries

Commande en ligne et livraison sont aussi des réponses adoptées par Tomate Basilic pour affronter la fermeture du restaurant italien. Selon Vincent Arsenault, propriétaire de cet établissement de Pointe-aux-Trembles et de La Goulée — Taverne Gourmande à Repentigny, cette nouvelle offre de repas était en gestation depuis quelques mois. « Heureusement, on avait commencé à travailler là-dessus, et on a accéléré le processus pour rendre tous nos produits disponibles en ligne et notre site web transactionnel », confie-t-il. Avec l’aide d’amis venus prêter main-forte pour la livraison, l’entreprise peut aujourd’hui desservir une clientèle située à l’est de l’autoroute 25 jusqu’à Repentigny (coin Valmont).

Parallèlement à cela,  l’entrepreneur a fait appel à ses contacts dans le domaine des épiceries. « Quand je leur ai demandé quels étaient leurs besoins les plus importants, ils m’ont dit que les gens avaient augmenté leur consommation de produits congelés ». D’où l’idée de produire une pizza, des lasagnes et des sauces congelées de qualité dans la cuisine centralisée de l’entreprise, désormais distribuées dans 13 magasins IGA du territoire. « Ça nous a permis de créer un nouveau modèle d’affaires, de faire en sorte de conserver des revenus et du personnel. On est en train de ramener des gens au travail, et on est pas mal fier de ça », se réjouit-il. Une façon pour le restaurant de diversifier ses activités, même une fois la pandémie terminée.

Pour M. Arsenault, la crise souligne l’importance d’aider les entreprises locales à demeurer vivantes. « Je pense que les consommateurs le réalisent de plus en plus, tout comme le fait qu’il y a des emplois directs reliés à ça », conclut-il, tout en rappelant les avantages environnementaux à se rapprocher du produit.

Un grand bravo à ces commerces qui offrent la possibilité de se régaler tout en encourageant les produits d’ici!